Seigneur je suis très fatigué. Je suis né fatigué. Et j'ai beaucoup marché depuis le chant du coqEt le morne est bien haut qui mène? Leur école. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Je veux suivre mon père dans les ravines fraîchesQuand la nuit flotte encore dans le mystère des boisOù glissent les esprits que l'aube vient chasser. Je veux aller pieds nus par les rouges sentiersQue cuisent les flammes de midi, Je veux dormir ma sieste au pied des lourds manguiers, Je veux me réveillerLorsque l? -bas mugit la sirène des blancsEt que l'Usine Sur l'océan des cannesComme un bateau ancréVomit dans la campagne son équipage nègre.. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Ils racontent qu'il faut qu'un petit nègre y aillePour qu'il devienne pareilAux messieurs de la villeAux messieurs comme il fautMais moi je ne veux pasDevenir, comme ils disent, Un monsieur de la ville, Un monsieur comme il faut. Je préfère flâner le long des sucreriesOù sont les sacs repusQue gonfle un sucre brun autant que ma peau brune. Je préfère vers l'heure où la lune amoureuseParle bas? L'oreille des cocotiers penchésEcouter ce que dit dans la nuitLa voix cassée d'un vieux qui raconte en fumantLes histoires de Zamba et de compère LapinEt bien d'autres choses encoreQui ne sont pas dans les livres. Les nègres, vous le savez, n'ont que trop travaillé. Pourquoi faut-il de plus apprendre dans les livresQui nous parlent de choses qui ne sont point d'ici?Et puis elle est vraiment trop triste leur école, Triste commeCes messieurs de la ville, Ces messieurs comme il fautQui ne savent plus danser le soir au clair de luneQui ne savent plus marcher sur la chair de leurs piedsQui ne savent plus conter les contes aux veillées. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école.

Seigneur je suis très fatigué. Je suis né... | Guy Tirolien

Seigneur je suis très fatigué. Je suis né fatigué. Et j'ai beaucoup marché depuis le chant du coqEt le morne est bien haut qui mène? Leur école. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Je veux suivre mon père dans les ravines fraîchesQuand la nuit flotte encore dans le mystère des boisOù glissent les esprits que l'aube vient chasser. Je veux aller pieds nus par les rouges sentiersQue cuisent les flammes de midi, Je veux dormir ma sieste au pied des lourds manguiers, Je veux me réveillerLorsque l? -bas mugit la sirène des blancsEt que l'Usine Sur l'océan des cannesComme un bateau ancréVomit dans la campagne son équipage nègre.. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Ils racontent qu'il faut qu'un petit nègre y aillePour qu'il devienne pareilAux messieurs de la villeAux messieurs comme il fautMais moi je ne veux pasDevenir, comme ils disent, Un monsieur de la ville, Un monsieur comme il faut. Je préfère flâner le long des sucreriesOù sont les sacs repusQue gonfle un sucre brun autant que ma peau brune. Je préfère vers l'heure où la lune amoureuseParle bas? L'oreille des cocotiers penchésEcouter ce que dit dans la nuitLa voix cassée d'un vieux qui raconte en fumantLes histoires de Zamba et de compère LapinEt bien d'autres choses encoreQui ne sont pas dans les livres. Les nègres, vous le savez, n'ont que trop travaillé. Pourquoi faut-il de plus apprendre dans les livresQui nous parlent de choses qui ne sont point d'ici?Et puis elle est vraiment trop triste leur école, Triste commeCes messieurs de la ville, Ces messieurs comme il fautQui ne savent plus danser le soir au clair de luneQui ne savent plus marcher sur la chair de leurs piedsQui ne savent plus conter les contes aux veillées. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école. - Guy Tirolien


Style Spiral Note Book

Seigneur je suis très fatigué. Je suis né fatigué. Et j'ai beaucoup marché depuis le chant du coqEt le morne est bien haut qui mène? Leur école. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Je veux suivre mon père dans les ravines fraîchesQuand la nuit flotte encore dans le mystère des boisOù glissent les esprits que l'aube vient chasser. Je veux aller pieds nus par les rouges sentiersQue cuisent les flammes de midi, Je veux dormir ma sieste au pied des lourds manguiers, Je veux me réveillerLorsque l? -bas mugit la sirène des blancsEt que l'Usine Sur l'océan des cannesComme un bateau ancréVomit dans la campagne son équipage nègre.. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Ils racontent qu'il faut qu'un petit nègre y aillePour qu'il devienne pareilAux messieurs de la villeAux messieurs comme il fautMais moi je ne veux pasDevenir, comme ils disent, Un monsieur de la ville, Un monsieur comme il faut. Je préfère flâner le long des sucreriesOù sont les sacs repusQue gonfle un sucre brun autant que ma peau brune. Je préfère vers l'heure où la lune amoureuseParle bas? L'oreille des cocotiers penchésEcouter ce que dit dans la nuitLa voix cassée d'un vieux qui raconte en fumantLes histoires de Zamba et de compère LapinEt bien d'autres choses encoreQui ne sont pas dans les livres. Les nègres, vous le savez, n'ont que trop travaillé. Pourquoi faut-il de plus apprendre dans les livresQui nous parlent de choses qui ne sont point d'ici?Et puis elle est vraiment trop triste leur école, Triste commeCes messieurs de la ville, Ces messieurs comme il fautQui ne savent plus danser le soir au clair de luneQui ne savent plus marcher sur la chair de leurs piedsQui ne savent plus conter les contes aux veillées. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école. Guy Tirolien

Style Pinched

Seigneur je suis très fatigué. Je suis né fatigué. Et j'ai beaucoup marché depuis le chant du coqEt le morne est bien haut qui mène? Leur école. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Je veux suivre mon père dans les ravines fraîchesQuand la nuit flotte encore dans le mystère des boisOù glissent les esprits que l'aube vient chasser. Je veux aller pieds nus par les rouges sentiersQue cuisent les flammes de midi, Je veux dormir ma sieste au pied des lourds manguiers, Je veux me réveillerLorsque l? -bas mugit la sirène des blancsEt que l'Usine Sur l'océan des cannesComme un bateau ancréVomit dans la campagne son équipage nègre.. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Ils racontent qu'il faut qu'un petit nègre y aillePour qu'il devienne pareilAux messieurs de la villeAux messieurs comme il fautMais moi je ne veux pasDevenir, comme ils disent, Un monsieur de la ville, Un monsieur comme il faut. Je préfère flâner le long des sucreriesOù sont les sacs repusQue gonfle un sucre brun autant que ma peau brune. Je préfère vers l'heure où la lune amoureuseParle bas? L'oreille des cocotiers penchésEcouter ce que dit dans la nuitLa voix cassée d'un vieux qui raconte en fumantLes histoires de Zamba et de compère LapinEt bien d'autres choses encoreQui ne sont pas dans les livres. Les nègres, vous le savez, n'ont que trop travaillé. Pourquoi faut-il de plus apprendre dans les livresQui nous parlent de choses qui ne sont point d'ici?Et puis elle est vraiment trop triste leur école, Triste commeCes messieurs de la ville, Ces messieurs comme il fautQui ne savent plus danser le soir au clair de luneQui ne savent plus marcher sur la chair de leurs piedsQui ne savent plus conter les contes aux veillées. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école. Guy Tirolien

Style Orange Card

Seigneur je suis très fatigué. Je suis né fatigué. Et j'ai beaucoup marché depuis le chant du coqEt le morne est bien haut qui mène? Leur école. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Je veux suivre mon père dans les ravines fraîchesQuand la nuit flotte encore dans le mystère des boisOù glissent les esprits que l'aube vient chasser. Je veux aller pieds nus par les rouges sentiersQue cuisent les flammes de midi, Je veux dormir ma sieste au pied des lourds manguiers, Je veux me réveillerLorsque l? -bas mugit la sirène des blancsEt que l'Usine Sur l'océan des cannesComme un bateau ancréVomit dans la campagne son équipage nègre.. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Ils racontent qu'il faut qu'un petit nègre y aillePour qu'il devienne pareilAux messieurs de la villeAux messieurs comme il fautMais moi je ne veux pasDevenir, comme ils disent, Un monsieur de la ville, Un monsieur comme il faut. Je préfère flâner le long des sucreriesOù sont les sacs repusQue gonfle un sucre brun autant que ma peau brune. Je préfère vers l'heure où la lune amoureuseParle bas? L'oreille des cocotiers penchésEcouter ce que dit dans la nuitLa voix cassée d'un vieux qui raconte en fumantLes histoires de Zamba et de compère LapinEt bien d'autres choses encoreQui ne sont pas dans les livres. Les nègres, vous le savez, n'ont que trop travaillé. Pourquoi faut-il de plus apprendre dans les livresQui nous parlent de choses qui ne sont point d'ici?Et puis elle est vraiment trop triste leur école, Triste commeCes messieurs de la ville, Ces messieurs comme il fautQui ne savent plus danser le soir au clair de luneQui ne savent plus marcher sur la chair de leurs piedsQui ne savent plus conter les contes aux veillées. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école. Guy Tirolien

Style SimpleFences

Seigneur je suis très fatigué. Je suis né fatigué. Et j'ai beaucoup marché depuis le chant du coqEt le morne est bien haut qui mène? Leur école. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Je veux suivre mon père dans les ravines fraîchesQuand la nuit flotte encore dans le mystère des boisOù glissent les esprits que l'aube vient chasser. Je veux aller pieds nus par les rouges sentiersQue cuisent les flammes de midi, Je veux dormir ma sieste au pied des lourds manguiers, Je veux me réveillerLorsque l? -bas mugit la sirène des blancsEt que l'Usine Sur l'océan des cannesComme un bateau ancréVomit dans la campagne son équipage nègre.. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Ils racontent qu'il faut qu'un petit nègre y aillePour qu'il devienne pareilAux messieurs de la villeAux messieurs comme il fautMais moi je ne veux pasDevenir, comme ils disent, Un monsieur de la ville, Un monsieur comme il faut. Je préfère flâner le long des sucreriesOù sont les sacs repusQue gonfle un sucre brun autant que ma peau brune. Je préfère vers l'heure où la lune amoureuseParle bas? L'oreille des cocotiers penchésEcouter ce que dit dans la nuitLa voix cassée d'un vieux qui raconte en fumantLes histoires de Zamba et de compère LapinEt bien d'autres choses encoreQui ne sont pas dans les livres. Les nègres, vous le savez, n'ont que trop travaillé. Pourquoi faut-il de plus apprendre dans les livresQui nous parlent de choses qui ne sont point d'ici?Et puis elle est vraiment trop triste leur école, Triste commeCes messieurs de la ville, Ces messieurs comme il fautQui ne savent plus danser le soir au clair de luneQui ne savent plus marcher sur la chair de leurs piedsQui ne savent plus conter les contes aux veillées. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école. Guy Tirolien

Style Classic

Seigneur je suis très fatigué. Je suis né fatigué. Et j'ai beaucoup marché depuis le chant du coqEt le morne est bien haut qui mène? Leur école. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Je veux suivre mon père dans les ravines fraîchesQuand la nuit flotte encore dans le mystère des boisOù glissent les esprits que l'aube vient chasser. Je veux aller pieds nus par les rouges sentiersQue cuisent les flammes de midi, Je veux dormir ma sieste au pied des lourds manguiers, Je veux me réveillerLorsque l? -bas mugit la sirène des blancsEt que l'Usine Sur l'océan des cannesComme un bateau ancréVomit dans la campagne son équipage nègre.. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Ils racontent qu'il faut qu'un petit nègre y aillePour qu'il devienne pareilAux messieurs de la villeAux messieurs comme il fautMais moi je ne veux pasDevenir, comme ils disent, Un monsieur de la ville, Un monsieur comme il faut. Je préfère flâner le long des sucreriesOù sont les sacs repusQue gonfle un sucre brun autant que ma peau brune. Je préfère vers l'heure où la lune amoureuseParle bas? L'oreille des cocotiers penchésEcouter ce que dit dans la nuitLa voix cassée d'un vieux qui raconte en fumantLes histoires de Zamba et de compère LapinEt bien d'autres choses encoreQui ne sont pas dans les livres. Les nègres, vous le savez, n'ont que trop travaillé. Pourquoi faut-il de plus apprendre dans les livresQui nous parlent de choses qui ne sont point d'ici?Et puis elle est vraiment trop triste leur école, Triste commeCes messieurs de la ville, Ces messieurs comme il fautQui ne savent plus danser le soir au clair de luneQui ne savent plus marcher sur la chair de leurs piedsQui ne savent plus conter les contes aux veillées. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école. Guy Tirolien

Style BlackWhiteShadow

Seigneur je suis très fatigué. Je suis né fatigué. Et j'ai beaucoup marché depuis le chant du coqEt le morne est bien haut qui mène? Leur école. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Je veux suivre mon père dans les ravines fraîchesQuand la nuit flotte encore dans le mystère des boisOù glissent les esprits que l'aube vient chasser. Je veux aller pieds nus par les rouges sentiersQue cuisent les flammes de midi, Je veux dormir ma sieste au pied des lourds manguiers, Je veux me réveillerLorsque l? -bas mugit la sirène des blancsEt que l'Usine Sur l'océan des cannesComme un bateau ancréVomit dans la campagne son équipage nègre.. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école, Faites, je vous en prie, que je n'y aille plus. Ils racontent qu'il faut qu'un petit nègre y aillePour qu'il devienne pareilAux messieurs de la villeAux messieurs comme il fautMais moi je ne veux pasDevenir, comme ils disent, Un monsieur de la ville, Un monsieur comme il faut. Je préfère flâner le long des sucreriesOù sont les sacs repusQue gonfle un sucre brun autant que ma peau brune. Je préfère vers l'heure où la lune amoureuseParle bas? L'oreille des cocotiers penchésEcouter ce que dit dans la nuitLa voix cassée d'un vieux qui raconte en fumantLes histoires de Zamba et de compère LapinEt bien d'autres choses encoreQui ne sont pas dans les livres. Les nègres, vous le savez, n'ont que trop travaillé. Pourquoi faut-il de plus apprendre dans les livresQui nous parlent de choses qui ne sont point d'ici?Et puis elle est vraiment trop triste leur école, Triste commeCes messieurs de la ville, Ces messieurs comme il fautQui ne savent plus danser le soir au clair de luneQui ne savent plus marcher sur la chair de leurs piedsQui ne savent plus conter les contes aux veillées. Seigneur, je ne veux plus aller? Leur école. Guy Tirolien

Other embedding Options

If you want to embed quote of the day quotes or want to see other display style options visit our sample page to see all the options.

Learn more about Joomla Quotes Extensions and wordpress extensions.

Cut and paste the following quote id in joomla module / wordpress widget options to display this quote in your webpage. Learn more about Joomla Quotes Extensions and wordpress extensions.

The following will embed an image.You can easily copy and paste it in email or presentations etc. If you want to embed quote of the day quotes or want to see other style options visit our sample page to see all the options.


If you are using this quote in any webpage , printmedia or any other places please use the following methods to cite this quotation.

MLA Style Citation
"A quote by Guy Tirolien" theysaidso.com,2021. Feb 22, 2021. https://theysaidso.com/quote/guy-tirolien-seigneur-je-suis-tres-fatigueje-suis-ne-fatigueet-jai-beaucoup-marc
APA Style Citation
"A quote by Guy Tirolien" (n.d.). theysaidso.com. Retrieved Feb 22, 2021, from theysaidso.com web site : https://theysaidso.com/quote/guy-tirolien-seigneur-je-suis-tres-fatigueje-suis-ne-fatigueet-jai-beaucoup-marc
Chicago Style Citation
"A quote by Guy Tirolien". theysaidso.com, 2021. https://theysaidso.com/quote/guy-tirolien-seigneur-je-suis-tres-fatigueje-suis-ne-fatigueet-jai-beaucoup-marc , accessed Feb 22, 2021.